Comparacitite

·

de

Avoir de l’ambition peut avoir des effets collatéraux énormes.

Il est certain que l’ambition nous pousse à voir les choses en grand, à innover plus rapidement, à prendre des risques courageux… Mais précisément parce que nous, les ambitieux, savons exactement ce que nous voulons, nous sommes pertinemment conscients quand nous l’obtenons ou pas.

Parfois, au lieu que nos fervent désirs nous servent de propulseurs, on tombe dans le piège du pourquoi je ne l’ai pas encore ? et du pourquoi y est-elle arrivé et pas moi ?, ce qui est sans aucun doute un symptôme précurseur de la sinistre Comparacitite.

Comparicitite | n. f. | \kɔ̃pa-rasī-tit\ : Etat de frustration caractérisé par le sentiment de ne-pas-être-assez-bien, dû à la comparaison avec autrui, et trouver sa vie et ses accomplissements bien pâles à l’échelle de ceux des autres.

Oui, la Comparacitite a toujours existé. Nos arrières grands-parents comparaient leurs coiffures et leurs jupons, et nos ancêtres lointains rêvaient de grottes plus seyantes ou de sources d’eau plus abondantes.

Toutefois, aujourd’hui, les choses deviennent plus intenses. Avec Facebook, Instagram, et  insérez le nom de votre réseau social du moment, on dirait que l’effet de comparaison a pris des hormones de croissance.

Nous sommes sans cesse bombardés par ce que les autres font, disent, ont, et… argh, mangent. Tandis qu’à l’époque, l’éventail de vos comparaison s’étendait aux autres membres du club de bridge, maintenant il est mondial. Vous êtes capable de vous comparer à des personnes à l’autre bout du monde comme à vos voisins… ce qui vous donne parfois des pensées trompeuses, de l’impatience, des angoisses, et une mauvaise humeur assez amère.

Voilà de quoi faire pleurer une grande fille.

Mais, non.

(Je veux dire, extériorisez si vous sentez que vous avez besoin d’évacuer un gros sanglot, mais je suppose que si vous lisez cet article, c’est pour soigner votre Comparacitite, qu’elle soit passagère ou chronique. Alors, on y va.)

Theodore Roosevelt a dit “La comparaison est une voleuse de joie”, sages mots s’il en est.

Quand on se compare aux autres, il est inévitable que nos pensées négatives remontent à la surface, en nous faisant oublier notre propre valeur et nos réussites. Et oui, ces pensées aspirent toute trace de joie. Mais ça devient de pire en pire. Parce qu’ensuite, intervient la dissonance cognitive, ex. nous savons que ce type de pensées est déconnecté de la réalité et absurde. Nous savons que nous avons TELLEMENT, et que nous devrions être profondément reconnaissants… alors on finit par se sentir tout penaud d’avoir pu avoir de telles pensées ! Un cercle vicieux et inutile.

D’après notre ami Tony Robbins, quand nos vies ne sont pas en accord avec nos “visions” de ce à quoi on veut qu’elles ressemblent, cela génère de la frustration et de l’anxiété. C’est pourquoi quand nous voyons les autres bénéficier de ce qu’on aimerait avoir dans nos propres vies, la flagellation commence.

Et puisque l’on peut parier que les réseaux sociaux sont encore là pour un bon moment, que nous avons des choses à faire et du pain sur la planche, sacrebleu… il est essentiel de faire face à la Comparacitite.

 

Quelques remèdes à la Comparacitite

Le sport

Quand une attaque Comparacitite vous saisit, la solution la plus rapide sur le moment c’est de faire du sport. Ok, on dirait qu’une chose n’a rien à voir avec l’autre mais rien, je dis absolument rien, n’est plus efficace pour réinitialiser votre mental, votre corps et votre esprit, qu’une session de transpiration active. En plus de toutes les endorphines et les hormones du bonheur que cela réveille, on se sent nettoyé et au plus haut de ses capacités. Tout à coup, les vacances de Véronica en Grèce ne vous agacent plus autant parce que votre arrière-train a l’air dur comme un roc.

Rappelez-vous : le sport est un antidote puissant à la dépression, plus que n’importe quel anti-dépresseur, et prendre soin de vous – de votre corps et de votre bien-être, fait des miracles pour votre moral.

Démantelez votre Comparacitite

Prêtez attention à ce que vous admirez (ou même enviez) chez les autres. Qu’est-ce que vous aimeriez avoir que quelqu’un d’autre a déjà ?

D’abord : bravo d’avoir d’avoir des objectifs et des désirs. Reconnaissez cela. Saisissez-vous de votre ambition. Mais maintenant, transformons les envies en inspiration. Être conscient de ce que vous voulez est phénoménal pour se donner des objectifs, et donc pour se transformer.

Maintenant, écrivez les qualités/choses que les autres ont et que vous voudriez avoir, et commencez à faire de vrais plans pour atteindre ces objectifs. Par exemple, si vous voulez voyager plus souvent, notez cet objectif accompagné des quelques étapes qui peuvent vous amener jusque là. (Le système de Dreamlining de Tim Ferris – en anglais – est très efficace. Jetez-y un oeil, c’est au chapitre 4.)

writing-down-desires-veggie-magnifique

Par exemple : Désir : Voyager au moins une fois par an. Plan d’action pour les prochains 6 mois : épargner tel montant de dollars/euros/livres par mois, acheter seulement un café/bubble tea par semaine, commencer à chercher des opportunités de voyage ou des retraites de yoga, etc.

Rappelez-vous : Votre travail d’amélioration est toujours en cours… alors vous devez travaillez, au bout du compte, pour vous améliorer et progresser. Faites un plan et agissez maintenant. Reprenez votre pouvoir en main, et prenez la responsabilité de votre propre vie.

 

Habitudes d’entretien :

Une fois que vous avez fait votre gym et une petite réflexion sur vous-même, il est important de commencer à mettre en place des habitudes qui vous soutiennent et dressent un bouclier contre la moindre flèche de Comparacitite que la vie (ou Facebook) décochera à votre encontre.

Un journal de valeurs

Bien que “évaluer la chance que j’ai” sonne galvaudé et comme un conseil de votre mère, c’est en fait très efficace si vous le pratiquez. Alors…

Prenez un carnet de notes, et chaque soir avant d’aller au lit notez les trois choses auxquelles vous donnez de la valeur en vous-mêmes OU trois exemples de ce que vous avez apporté au monde aujourd’hui (ou une combinaison des deux). C’est un exercice très puissant mais vous devez vous engager à ressentir sa puissance. C’est-à-dire que vous vous donnez un mois à noter trois choses et ensuite, examinez comment vous vous sentez. Je ne suis pas un crack en maths mais 3 x 31 devrait vous donner 93 raisons de vous sentir fantastique.

Ma ligne du temps

Reprenez votre style (je sais, à l’ancienne) et une grande feuille blanche. Tracez une ligne du temps qui commence à votre naissance et se termine à l’année en cours (vous savez ce qui vous attend…). Commencez à noter les moments importants et les réalisations tout le long de votre ligne du temps. Alors, par exemple : 1984, mes premiers pas – wouhou! …. 2001, reçue dans l’une des meilleures universités avec une bourse, etc. Une fois que vous avez fini de noter toutes les réalisations de votre vie, vous pouvez vous rasseoir et admirez cette frise chronologique. Regardez tout ce que vous avez fait et ce que vous avez vécu ! Je sais qu’il y a encore beaucoup à faire dans le futur, mais n’oubliez pas tout le chemin que vous avez parcouru.

 

stop-comparing-comic-veggie-magnifique

Alors comment on gère les réseaux sociaux ?

Bien que ce soit un facteur aggravant de Comparacitite, je ne suis pas en train de vous dire d’arrêter et de quitter les réseaux sociaux – même si je connais quelqu’un pour qui cela a des effets merveilleux – parce que, que nous le voulions ou non, ce serait négliger sa pertinence et son utilité en 2016.

Astuce : Avant de vous connecter à quelque réseau social que ce soit, décidez de ce que vous voulez y faire et combien de temps vous allez y passer. Ensuite, enclenchez un chronomètre. De cette façon, vous serez beaucoup moins enclins à tomber dans le puits sans fond, en regardant les photos du bébé de la fille qui était dans votre classe au collège. *frissons*

 

Un peu de spiritualité, un instant.

Je n’ai même pas besoin de vous connaître personnellement ou d’avoir des liens de près ou de loin pour savoir que vous pouvez apporter énormément à ce monde. C’est inclus dans le “paquet cadeau de la vie”, on peut dire. Tout être humain peut aimer et être aimé. Peut prendre des décisions. Peut choisir de faire le bien plutôt que le mal. Peut faire preuve de gentillesse. Peut chercher à grandir, à s’améliorer, à s’épanouir. Quelles que soient les circonstances.

Faisons-nous une fleur et savourons nos propres cheminements, parce que chacun a sa propre beauté, ses défis, et ses particularités… ce qui, à l’échelle collective, rend notre monde absolument fascinant.

 

Vous allez loin, j’en suis sûre,

Abonnez-vous pour des nouvelles et des surprises Magnifiques!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trouvez-nous chez